LES DISCIPLINES DE TAEKWONDO

 
Le Taekwondo est un art martial coréen et un sport de combat devenu discipline olympique.

Venez pratiquer le Taekwondo pour développer votre souplesse, votre condition physique et la maitrise de soi.

Venez découvrir les différentes techniques pieds et poings,ainsi que les techniques d'auto-défense.

Un sport de combat qui propose plusieurs formes de combats pour tout âge et tous niveaux:

*
les combats sans touches
*les combats avec touches(Respect de l'intégrité physique avec le port de protections
*les poomsés(aspect technique de la discipline)

De plus le Taekwondo s'identifie par plusieurs Disciplines offrant un large choix dans la pratique Art Martialiste coréenne.

Venez découvrir nos cours collectifs ou individuels, alternant le travail de  techniques de self défense et le travail de précision sur cibles.

Pratiquez le Taekwondo dés l'âge de 3 ans.

Profitez de nos Cours Gratuits d'arts martiaux et sport de combat,encadrés par des coachs diplômés,pour une pratique Loisir ou une pratique compétition.
Retrouvez un club de Taekwondo près de chez vous dans la rubrique La Ligue (les clubs).

 

BODY TAEKWONDO

TANG SO DO

SOO BAHK DO


  • LE TAEKWONDO

    L’esprit du Taekwondo,«La voie des pieds et des poings»

    Art martial ancestral codifié en Corée dans les années 50, le Taekwondo est introduit en France en 1969.
    Affilié successivement à la Fédération Française de Judo et Disciplines Associées (FFJDA) puis à la Fédération Française de Karaté et Arts Martiaux Affinitaires (FFKAMA), il a depuis 1994 sa propre fédération délégataire et autonome : la Fédération Française de Taekwondo et Disciplines Associées (FFTDA).
    De 1988 à 1994, il est passé de simple discipline associée à sport olympique officiel pour les Jeux de Sydney en 2000.

     

    Un concentré de la culture coréenne

    On a souvent tendance à décrire tous les arts martiaux dans le même esprit : celui du Bushido japonais. Le code du Bushido est un code de conduite des samouraïs jurant fidélité et sacrifiant leur vie à leur seigneur (Hara Kiri).
    L’esprit du Taekwondo est plus riche. La Corée a réussi pendant de nombreux siècles à survivre et à s’imposer malgré sa position géographique en étau entre deux géants agressifs : la Chine et le Japon.
    D’un point de vue historique, l’esprit et la volonté d’exister du peuple coréen ont été concrétisés par le mouvement de la noblesse coréenne le « Hwarangdo » ou « chevalier de la fleur ». L’idéal de ce mouvement est fondé sur la recherche de la beauté, de l’harmonie et de l’épanouissement. Les coréens se sont aussi distingués des autres pays asiatiques en codifiant un alphabet au XVIème siècle, tout en conservant l’approche philosophique orientale proche de la nature et du cœur.

    L’esprit du Taekwondo est une expression de ces différences. Il dépasse l’idée d’un art martial statique fondé sur le sacrifice. C’est au contraire une force d’épanouissement de l’individu, capable d’assimiler la tradition avec des idées modernes comme l’Esprit Olympique.

     

    Le TAEKWONDO : Art Martial Coréen et Sport Olympique

    Le TAEKWONDO est un art martial et un sport moderne qui vise à l’utilisation optimum des capacités corporelles et psychiques.

    C’est un sport spectaculaire. Avec ses coups de pieds sautés ou retournés, il associe la puissance, la rapidité et la tonicité du combat. Le TAEKWONDO permet aux athlètes de s’exprimer pleinement tout en respectant l’intégrité physique des pratiquants notamment par le port de protections corporelles: casque, plastron…

    Sport de démonstration en 1988 et 1992 aux J.O. de Séoul et de Barcelone, le Taekwondo est inscrit depuis 1994 au programme des J.O. de Sydney 2000. De 2000 à 2012 (J.O de Londres), le taekwondo français a toujours obtenu au moins une médaille. A noter que la présence du Taekwondo en tant que discipline officielle est assurée jusqu’en 2020, confirmant ainsi sa place parmi les 25 sports permanents des deux programmes Olympiques suivants.
    Présent au sommet du Taekwondo mondial depuis de nombreuses années, le Taekwondo français assiste à l’émergence d’une formidable génération de champions.

  • LE HO SHIN SOUL

    QU’EST-CE QUE ÇA VEUT DIRE ?

    Hoshinsoul est une combinaison de lettres/idéogrammes signifiant :

    호 (護) (Ho) = Protéger 신 (身) (Shin) = Corps 술 (術) (Soul) = Technique

    Donc littéralement Technique pour protéger le corps, c’est-à-dire « techniques de self-défense ».

     

    Le Ho Shin Soul, n’est pas une discipline à part entière. Il s’agit plutôt d’un « atelier » qui est dévolu à une pratique, telle que le TAEKWONDO dans le cas qui nous intéresse. C’est un peu comme le Combat de compétition « Shi Hap Kieulougui » ou les formes techniques « Poom-Sè» ou encore la base technique « Kibon » ou encore le combat conventionnel « Matchoueo Kieulougui » etc. … Tous ces « ateliers » font partie du TAEKWONDO comme le Ho Shin Soul. Dans le « Ho Shin Soul », on peut retrouver toutes les techniques que votre corps vous permet d’employer pour vous permettre de vous défendre, y compris et surtout, celles qui ne sont pas utilisées dans le combat de compétition du fait de leur dangerosité.

    Cependant et comme pour chaque atelier, il existe un programme pédagogique clair, simple et évolutif pour permettre au pratiquant d’avoir des bases. Elles lui permettront de progresser rapidement, d’acquérir de bons gestes techniques et réalistes sans quoi le risque sera de voir s’enraciner une sorte de « marché aux puces » où chacun fera sa propre soupe. Je n’ai rien contre cela, entendons nous bien. Après tout, pourquoi pas ? Mais est-ce bien efficace et surtout est-ce bien conforme à l’éthique de notre discipline? Vous imaginez si un pratiquant en compétition combat se mettait à balancer une pique de doigts dans la gorge de l’autre sous prétexte que pour lui c’est plus efficace ?? Ou bien un autre déciderait sur un Poom-Sè qu’avant chaque technique cela serait plus logique de faire une feinte … En Han Bon Kieulougui nous verrions un pratiquant mettre l’autre KO car il trouverait cela plus « réaliste » !? Bien sur que non !! Nous pratiquons, nous enseignons et nous développons un Art Martial sérieux et c’est sur ce principe qu’un programme logique et ludique a été établi par Maître Rémi MOLLET, responsable National Ho Shin Soul.

    La progression technique de ce programme est une base qu’il faut travailler sans relâche. Elle est très simple à comprendre et à mémoriser. Surtout pour le débutant. A partir de la Ceinture Noire,  il n’est pas rare de constater que certains pratiquants et même des Professeurs, tentent de nouvelles approches techniques en y ajoutant leurs connaissances personnelles. Une sorte de « mixte » entre leurs techniques et celles prévu par le programme que Maître Rémi MOLLET diffuse. J’ai remarqué que, lors de stages ou de passages de grade, la finalité était souvent la même, c’est-à-dire l’application quasi identique au programme que nous dispensons. Pourquoi ? … Tout simplement parce que c’est efficace. Comme pour les compétiteurs (en combat ou en technique) qui ont répété inlassablement leurs techniques avec leurs approches personnelles, malgré tout les fondamentaux du programme réapparaissent par réflexe.

    Il ne sert à rien de réinventer la roue. Vous pouvez y ajouter toutes sortes de décoration, elle roule toujours de la même manière. C’est ainsi. Notre expérience dans ce domaine est forgée sur de longues années de pratique, prenant en considération des critères bien particuliers et/ou très larges comme l’intérêt que nous portons à l’enseignement. Faire en sorte qu’un pratiquant retienne facilement un programme avec une méthode efficace. L’obligation de connaître la légitime défense car le Ho Shin Soul, dans un passage de grades, ne répond pas forcément aux mêmes règles que dans un combat réel … Cet atelier ne peut pas être « survolé » en vue d’un passage de grades. Dans un cours, il faut qu’il y ait, comme pour les Poom-Sè, un temps bien déterminé à la progression du Ho Shin Soul. Des stages de perfectionnement doivent être organisés.Il me paraît évident que, si le pratiquant veut réellement progresser et avoir un TAEKWONDO complet, il aura à cœur de travailler et de faire évoluer ses techniques de Self défense.

  • LE HAPKIDO

    Voie de l’Union et des énergies Art Martial traditionnel coréen d’autodéfense

    L’Hapkido permet de pratiquer une gymnastique de santé tout en apprenant à se défendre, sans obligatoirement privilégier la force.

    La recherche du placement optimal et l’utilisation de l’énergie de l’adversaire en font une pratique accessible à tous.Alliant souplesse, harmonie, contrôle de l’équilibre et de l’énergie, il est composé de percussions, de projections, de chutes, de multiples clés, de saisies et d’étranglements. Il utilise la frappe directe sur les points vitaux avec les armes naturelles du corps. L’Hapkido forme donc un système complet de défense. Il est à ce titre enseigné couramment dans les forces de police coréenne.


    Histoire d’une discipline : Maître CHOI Yong-Sul

    Pupille de l’état, Maître CHOI Yong-Sul, futur fondateur du Hapkido, est emmené au Japon à 8 ans où il reçoit une instruction martiale à l’école DAITO RYU AKI JUTSU.Sous occupation japonaise, la vie et la progression en Corée de CHOI Yong-Sul est sujet à controverse. Toutefois, à la fin de la guerre, il démontra une profonde connaissance des arts martiaux.

    Dans un premier temps il enseigne le YUSUL ou méthode passive. Appelée ensuite YUKWONSUL, cette pratique synthétise l’enseignement reçu au Japon et les techniques traditionnelles de la Corée (TAEKYON).

    Il ouvre son premier dojang en 1951 : YUKWANSUL HAPKIDOJANG. En 1961, le maître et ses plus proches disciples nomment leur pratique « HAPKIDO ».
    Depuis les années 50, de très nombreuses écoles à travers la Corée et le monde ont développé le Hapkido.
    Son fondateur : maître CHOI s’éteint en 1986 et est inhumé à TAEGU, la ville coréenne où débuta l’épopée du HAPKIDO.La commission nationale d’HapkidoCette discipline est officiellement reconnue par l’Etat et structurée au sein de la Fédération Française de Taekwondo et Disciplines Associées (F.F.T.D.A.) en Commission Nationale Hapkido depuis 1997.